25
août 2016

Acheter son vin en primeur : une bonne astuce éco

Rédigé par GAULTHIER D'Erichot

Je suis un amateur de bon vin. On a la chance de vivre dans un pays où le vin fait partie de la culture. J’adore me faire plaisir en achetant des bonnes bouteilles et parfois des grands crus que je stocke ensuite dans ma cave. Il faut alors les laisser vieillir plusieurs années pour véritablement profiter des arômes, surtout lorsqu’il s’agit de rouge. Les prix du vin sont très variables et dépendent du vin en lui-même, de son millésime, son appellation et son domaine. Certaines bouteilles peuvent aisément dépasser les 100 €. Si vous désirez acheter des grands crus tout en réduisant au minimum votre facture, je vous conseille d’opter pour l’achat en primeur.

Ne pas confondre avec le vin primeur

Attention je parle bien d’un achat EN primeur. A ne pas confondre avec ce que l’on appelle les vins primeurs ou nouveaux. Il s’agit de vins jeunes qui sont mis en vente très rapidement après la récolte, avec une fermentation réduite à son strict minimum. Je ne suis pas fan de ce type de breuvage, car la qualité est rarement au rendez-vous. Au contraire je préfère les vins de garde que l’on va laisser vieillir dans la cave.

Acheter du vin en primeur consiste à acheter le vin avant qu’il ne soit mis en bouteille, généralement peu de temps après la récolte. Cependant, on ne reçoit pas immédiatement les bouteilles. Il s’agit d’une sorte de réservation. En effet, le vin va continuer son processus habituel de fermentation avec un passage obligatoire par les fûts. En moyenne, lorsque l’on achète en primeur, on reçoit les bouteilles deux ans après.

Un prix nettement plus avantageux

L’intérêt d’acheter en primeur est de bénéficier d’un prix plus faible que celui qui devrait être mis en place une fois le vin commercialisé. Pour les grands crus classés, l’opération est souvent très intéressante. Bien sûr, il existe toujours le risque que finalement ce ne soit pas une bonne année et qu’au final le prix réel ne soit pas aussi élevé que ce qui était prévu. Cependant, il est très rare que le prix réel soit égal ou inférieur à celui d’achat en primeur.

Cette pratique est également un moyen de réaliser une plus-value. Ainsi, certains achètent en primeur pour ensuite revendre le vin au prix réel et réaliser des bénéfices. Dans ce cas, il s’agit d’un placement sur le long terme. En général, si le vin est de grande qualité, plus vous attendrez pour le vendre et plus il prendra de la valeur.